La récession engendre une nouvelle génération d'entrepreneurs «accidentels»


La récession engendre une nouvelle génération d'entrepreneurs «accidentels»

La Grande Récession a engendré une nouvelle génération d '«entrepreneurs accidentels» plus motivés par les profits que par la passion, révèle une nouvelle étude. Contrairement à la majorité des fondateurs de petites entreprises qui ont lancé leurs entreprises avant que l'économie ne se rétablisse en 2008, ces entrepreneurs new-wave ont démarré leur entreprise par pure nécessité plutôt que de rêver d'être leur propre patron. Ces professionnels agiles, très éduqués, technophiles et expérimentés sont comme des "vélociraptors" qui attendent de se repaître du troupeau, a dit un analyste.

Les entreprises formées par ces entrepreneurs accidentels sont sur le point de connaître une croissance explosive, en particulier les entreprises avec 10 à 49 employés, et ils exploitent agressivement des technologies telles que le cloud computing pour accélérer leur succès, selon un sondage mené auprès de 305 décideurs du secteur des TI dans des petites et moyennes entreprises (de trois à 250 employés) Forrester Research pour le compte de Symantec

"Ces sociétés sont nées de la récession, se concentrent sur Internet et trouvent des marchés adressables à dominer", a déclaré à MobbyBusiness Brian Burch, vice-président des communications marketing de Symantec pour SMB et cloud. "Ils sont moins cloisonnés, très agiles, prennent leurs propres décisions et sont plus indépendants que les fondateurs d'avant la récession Ils sont chargés de gagner sur le marché."

Ils sont également francs sur leur concentration sur le profit, l'étude a révélé . Plus de la moitié (54%) des fondateurs de petites entreprises lancées dans les jours sombres de la récession considèrent leur entreprise comme une entreprise de croissance avec une stratégie de sortie plutôt qu'une entreprise de style de vie, soit 15% de plus que les entreprises antérieures à la récession. Et leur route vers l'entrepreneuriat est également différente. Plus d'un tiers des fondateurs de ces entreprises venaient d'une position dans une grande entreprise de plus de 500 employés. Ce sont des professionnels qualifiés qui ont l'habitude de bien gagner leur vie et qui doivent se réinventer pour maintenir leur niveau de vie - 35% ont quitté leur employeur à cause de la récession, tandis que 8% viennent d'autres milieux d'affaires accidentels, comme Ils sont aussi plus optimistes qu'une génération précédente d'entrepreneurs. Près de la moitié des entreprises créées pendant la récession s'attendent à doubler leur nombre d'employés au cours des deux prochaines années et les trois quarts s'attendent à ce que les revenus augmentent de plus de 10%. En comparaison, seulement 12% des entreprises créées avant 2008 s'attendent à doubler leurs effectifs. C'est la même histoire avec des prévisions de revenus. Seulement 39% des entreprises fondées avant la récession espèrent augmenter leurs revenus de plus de 10%.

Alors que l'étude a révélé que toutes les petites entreprises adoptent agressivement le stockage en nuage et les sauvegardes, les entreprises fondées par des entrepreneurs accidentels le font rythme plus rapide. Ils sont également plus susceptibles d'acquérir des technologies de consommation au détail et de les modifier au fur et à mesure que leurs besoins deviennent plus complexes.

La croissance de ces entreprises se fera au détriment des petits entrepreneurs techniquement moins agiles et moins connectés. "Ils sont comme des vélociraptors", a déclaré Burch. "La survie du plus fort est un paradigme prouvé."

Tout comme le profit a remplacé la passion dans la hiérarchie des besoins de ces entrepreneurs accidentels, don ' Je m'attends à ce qu'ils innovent leur chemin vers le succès. En tant que groupe, ils se concentreront davantage sur l'optimisation que sur l'avant-garde.

«Ils vont exécuter le livre de jeu mieux et plus vite que quiconque», a déclaré Burch. «La définition de l'entrepreneuriat va changer au cours des 10 à 20 prochaines années.»

Nous sommes également sur

Facebook

&

Google+ .


Les hommes sont moins susceptibles d'acheter un mouvement «vert»

Les hommes sont moins susceptibles d'acheter un mouvement «vert»

Si vous avez un Si vous essayez de vendre un produit «vert», vous devrez peut-être travailler très dur pour convaincre certains segments de la population que votre entreprise est légitime. C'est parce que les hommes et les personnes de plus de 55 ans ont beaucoup moins susceptibles d'acheter dans le mouvement vert respectueux de l'environnement.

(Général)

Going 'Green' fait appel aux goûts des clients

Going 'Green' fait appel aux goûts des clients

Paul Damico le président de Moe's Southwest Grill, une chaîne de restaurants de 426 unités basée à Atlanta. Sous la direction de Damico, Moe's a migré vers un nouveau prototype écologique qui s'est traduit par une augmentation des ventes et des coûts de maintenance réduits. Damico raconte à MobbyBusiness comment «aller vert» a été bon pour les affaires.

(Général)